3 teen movies (originaux Netflix)

Ahh les teen movies, ce petit plaisir coupable (bah oui on est toujours trop vieux pour ces films, même à 16 ans) qu’on adore regarder ces jours de loose où l’on est incapable de faire un choix sur Netflix… J’en ai vu 3 en à peine un mois (coïncidence?) et je vous livre mon avis tranché pour faire le tri, parce que je suis sympa! Attention, SPOILER, ce n’est pas celui que vous croyez qui m’a le plus séduit…


“To all the boys I loved before” de Susan Johnson:

A tous les garçons que j’ai aimés est une mignonne adaptation du best-seller du même nom, et même si les rebondissements de l’histoire sont somme toute assez téléphonés, on notera tout de même de jolis partis pris de mise en scène. On sent aussi que l’esthétique du film a beaucoup compté dans le travail d’adaptation: un joli travail de photographie et de composition des cadres, des décors qui donnent de “l’âme” au film, jusqu’aux choix originaux et franchement stylés des costumes du personnage principal. On déplore donc que malgré le point de départ amusant et fort du début (les fameuses lettres envoyées à leur destinataire), la fin se révèle un peu plus bateau. Ça se regarde sans problème sous la couette avec du chocolat ou autre gourmandise de votre choix 😉


“The package” de Jake Szymanski:

Ok, on va pas se mentir, je n’aurais jamais cliqué sur ce film si j’avais du choisir seule. Mais voilà, je me retrouve un soir devant la télé à attraper ce film en plein milieu du début (neh?) et puis… j’y reste. C’est complètement déjanté, c’est franchement stupide par moment, mais, mais, ça m’a fait rire, et je ne suis pas pourtant fan d’humour “gras”. Ce qui permet d’accrocher, je pense, tient dans les personnages et leur fort caractère. Ils se battent du début à la fin malgré leur malchance, malgré leur inaptitude, malgré leur défaut. Ils se battent pour leur amitié, mais aussi pour préserver leur insouciance et leur liberté de n’être encore que des “jeunes adultes”. Soulignons aussi un casting frais et beaucoup moins lisse que les teen movies habituels. Le message final du film s’avère donc plutôt touchant, enrobé dans une comédie loufoque qui n’y paraît pas comme ça mais le transmet plutôt bien.

Contrairement à un autre…


“Sierra Burgess is a loser” de Ian Samuels:

Sierra Burgess est une loser. Non je ne fais pas que vous traduire le titre. Le personnage est réellement pathétique et détestable! Au début, tout va bien. Sierra est une adolescente hors des carcans et elle l’assume. Elle a des parents qui la soutiennent et un meilleur ami incroyable. L’histoire déraille lorsqu’elle se retrouve à catfisher un garçon qu’elle n’aurait jamais pu rencontrer en temps normal, et qui croit donc parler à une certaine Veronica, pompom girl du lycée. La dite Veronica, on apprend très vite que sa vie est loin d’être aussi parfaite que son physique, et faut pas se fier aux apparences bla bla bla… Seulement voilà, Sierra continue de mentir, elle implique Veronica dans le mensonge, il y a cette scène cringe à souhait où elle embrasse le fameux garçon sans qu’il soit réellement consentant (OUPS), puis, tellement la vie est méchante avec elle parce que tout le monde est contre elle, elle trahit carrément sa nouvelle amie Veronica (qui est en fait super sympa et l’aide tout le temps!) en publiant une photo compromettante d’elle devant tout le lycée. Vous me direz… elle a sérieusement déconné, elle va apprendre une vraie leçon de vie et se plier en quatre pour devenir une meilleure personne et reconquérir ses amis et le fameux garçon (qui rappelons-le, est tombé amoureux d’une toute autre fille!). Eh bien non. Et c’est là que le film rate complètement son propos. Parce que Sierra ne fait absolument rien pour réparer ses conneries, mais elle a quand même le droit à un happy ending parce que tout le monde sans exception la pardonne… comme ça… sans raison. Le personnage ne paye pas de ses erreurs, et au contraire, le film valide tout ce qu’elle a pu faire puisqu’il la récompense sans le moindre effort de sa part, ni la moindre leçon apprise. Il y aurait pu y avoir plein d’autres fins possibles, plein d’autre manière de faire passer le message du film qui, je pense, à la base était plutôt louable, mais cette fin-là laisse une véritable amertume en bouche. Bon, ben… c’est un gros non du coup!

>>>> Je vous laisse me dire en commentaire quel est votre teen movie préféré! Avez-vous vu, aimé ou détesté un de ces trois films Netflix?


#hormones #cute #comédie #adolescent #netflix #noahcentino #jeunesse #cringe #new #teenmovie #romance

2 vues