En bref 3 – spécial DRAMA

STRANGER (“Forest of secrets”) crée par Lee Soo-yeon:

J’aimerais tellement qu’on parle un peu plus de Stranger (le titre français n’a aucun sens sérieusement…). Cette série mérite qu’on en parle plus! Alors pour faire simple, regardez-la! Il n’y a pas moyen d’être déçu, vraiment. L’un des points forts de ce drama coréen, c’est l’enquête. Alors vous me direz, des séries policières on en a vu, on connaît, ça va… Oui, on commence la série par un meurtre à élucider certes, mais cette résolution va s’étaler sur l’ensemble de la série (16x70min tout de même!), se complexifiant toujours plus, faisant entrer la corruption au cœur du problème, ajoutant des pièces du puzzle, jusqu’à former une grande toile d’araignée scénaristique parfaitement tissée! Contrairement à la plupart des séries policières, aucun élément de l’enquête n’est bâclé ou passé sous silence pour “dynamiser”. Non, ici, vous saurez tous les moindres détails. L’histoire prend son temps, la réalisation et le montage aussi, et qu’est-ce que ça fait du bien! Si le rythme peut surprendre au début, car l’on nous a habitué de plus en plus à des cadences effrénées (surtout dans les séries), on s’y fait vite et l’on finit par apprécier cette “lenteur” pleine de sens. C’est le deuxième point fort. Et le troisième? Le casting. On est sur du très haut niveau, la crème des comédiens coréens (Doona Bae <3). Tous sont plus charismatique les uns que les autres, et si au premier abord on a du mal à saisir le jeu très subtil de Jo Seung-Woo (Hwang Si-Mok, le procureur que l’on suit dans cette enquête, ne ressent plus aucune émotion), on finit par tomber complètement sous le charme de son personnage, et on se demande comment l’on a fait pour ne pas le connaître plus tôt! Bon, c’est un “en bref” plutôt long pour le coup, je vais m’arrêter même si je pourrais encore en rajouter, mais comme je l’ai dit, la série le mérite amplement!


MILLION YEN WOMEN réalisée par Michihito Fujii:

Un romancier qui refuse de faire mourir ses personnages, 5 femmes qui deviennent ses colocataires du jour au lendemain, de mystérieuses menaces faxées quotidiennement… Voilà l’univers étrange de Million Yen Women. Passé la surprise, la série dévoile une réalisation assez atypique plutôt intéressante. On s’accroche aux personnages, et surtout, on veut savoir le pourquoi du comment! Mais la série s’affaiblit avec beaucoup de clichés et de facilités scénaristiques. Par exemple? Toutes les filles sont instantanément amoureuses du personnage principal… Assez agaçant. On s’accroche pourtant, grâce à l’originalité de la réalisation et du propos, mais le twist final se révèle assez décevant. Donc bof quoi.


HELLO MY TWENTIES (“Age of youth”) crée par Lee Tae-Gon et Park Yeon-Sun:

Ne vous fiez pas à ce générique tout mignon, Age of youth est une série chorale bien moins superficielle qu’elle n’y paraît. De la difficulté d’être jeune adulte, de travailler pour se payer ses études, de s’accepter telle que l’on est, de la première fois, de faire face à son passé, d’accepter la mort, de la prostitution… voilà tant de sujets abordés par ce drama coréen. Le tout sur un fond pop et so cute, si adorable, qui donne une vraie bouffée d’air frais à chaque épisode. Qu’importe leurs problèmes personnels, chacune des 5 jeunes femmes de cette colocation tout sauf ordinaire doit affronter ses démons, et elles sont si attachantes que vous ne voudrez plus les lâcher. J’ai pleuré avec elles, j’ai ri, j’ai frissonné, j’ai eu peur pour elle, j’ai été heureuse lorsqu’elles s’entraidaient enfin… Bref, Age of youth est un superbe cocktail d’émotions aussi rafraîchissant que juste quant il s’agit de traiter des méandres de la jeunesse. Une deuxième saison vient d’être annoncée, et ça c’est une très bonne nouvelle!


[Désolée pour les bandes annonces sans sous-titres, il est très difficile de trouver celles-ci en VOSTFR]

#clichés #corruption #donnabae #netflix #japonais #sofresh #jeunesse #drama #procureur #fun #bingewatching #coréen #chorale #bref

1 vue